AXIOME-iron-bg

Une machine d'usinage 3 en 1 pour la voiture composite

AXIOME-iron-bg

Une machine d'usinage 3 en 1 pour la voiture composite

Un automate de découpe de pièces composites a été mis au point par l’entreprise française AXIOME, spécialisée dans les machines d’usinage. Capable de réaliser à la fois le perçage, la découpe au jet d’eau et le fraisage, le robot intègre des fonctions habituellement réalisées par trois machines différentes. Mesurant 12 mètres par 8, la machine complète sera intégrée en 2013 dans l’atelier de fabrication d’un équipementier automobile, pour le compte d’un grand fabricant automobile dont les nouveaux véhicules électriques seront en grande partie composés de composites », précise la société AXIOME. L’équipementier collectera également via la machine les chutes de découpe en vue d’une réutilisation ultérieure des fibres de carbone.

Disposant déjà de différents robots d’usinage pour les matériaux composites, AXIOME a revu ses procédés afin de concevoir une machine à même de tenir une cadence de plusieurs centaines de pièces par jour. « La nouvelle machine comporte quatre robots et combine plusieurs process de découpe : perçage, découpe au jet d’eau et fraisage », a détaillé Hervé Reigner, chargé des ventes chez AXIOME, lors d’un entretien exclusif avec Industrie & Technologies. « Le travail se fait en pièces portées : un robot prend la pièce et l’amène sur les différents postes de découpe, comme le ferait un opérateur ».   La machine a été adaptée pour le travail des composites propres au secteur de l’automobile, souvent plus fins que ceux mis en œuvre dans l’aéronautique. « Il a fallu faire attention au délaminage en utilisant les bons procédés de découpe et les bons outils de fraisage », poursuit Hervé Reigner.

AXIOME est actuellement en discussion avec les équipementiers automobiles français pour proposer le même type de développement. Outre l‘automobile, le robot est adaptable aux autres secteurs réalisant un usinage de pièces composites : l’aéronautique, le loisir haut de gamme ou encore la fabrication de prothèses orthopédiques. 

Industrie & Technologies, 04/12/12

 

Retourner aux articles