Iron

Le projet FARAMIR se dote d'un équipement de pointe ExOne pour la réalisation d'outillages par fabrication additive

Dernière étape vers le démonstrateur final
Iron

Le projet FARAMIR se dote d'un équipement de pointe ExOne pour la réalisation d'outillages par fabrication additive

Dernière étape vers le démonstrateur final

 

Dans le cadre du projet FARAMIR, l’IRT Jules Verne se dote d’un nouvel équipement de pointe pour la réalisation d’outillages par fabrication additive. Aujourd’hui installée chez Loiretech, cette nouvelle machine grande capacité vient marquer une étape majeure pour le projet.

 

Le projet

Le projet avait déjà enregistré un jalon important avec l’installation en janvier 2019 à l’IRT Jules Verne d’un équipement VOXELJET VX200 pour la fabrication des premières éprouvettes 3D imprégnées.

Lancé en mai 2018 pour une durée de 3 ans, le projet FARAMIR regroupe l’IRT Jules Verne, Loiretech et Axiome et dispose d’un budget de 1,63 M€. Il s’agit du premier projet développé dans le cadre du dispositif Accès PME, porté par le pôle de compétitivité EMC2 pour mener des projets au sein de l’IRT Jules Verne. Avec ce programme, l’IRT Jules Verne entend accentuer ses relations avec les PME innovantes du Grand Ouest qui conçoivent des procédés pour le futur des usines, en accompagnant leur montée en compétences et leur offrant la possibilité d’intégrer des dispositifs de recherche plus courts et facilitant des processus de montage de projet allégés.

Le projet FARAMIR a pour objectif la mise au point d’un procédé de fabrication additive à charge minérale permettant de réaliser des pièces fonctionnelles à des coûts optimisés. Après l’installation d’une machine de petite capacité à l’IRT Jules Verne, des premières pièces issues de cette technologie avaient été exposées lors du salon mondial des composites, le JEC World en 2019.

Le nouvel équipement ExOne permet la fabrication d’outillages disposant de caractéristiques équivalentes aux outillages réalisés en planche usinable, avec pour finalité de fabriquer en une seule étape des pièces de formes complexes. Par ailleurs, l’IRT Jules Verne travaillera sur le changement d’échelle en développement de nouveaux procédés, la précision et la répétabilité.

 

Interview

Nous avons posé trois questions à Rémi Chauveau, Ingénieur Recherche & Innovation chez Loiretech, impliqué dans le cadre du projet FARAMIR.  

A quoi sert cette nouvelle machine ExOne ?

Cette machine grande capacité permettra d’améliorer les propriétés mécaniques et géométriques des outillages et de développer un procédé d’imprégnation des outillages imprimés, une étape importante mise en œuvre par les équipes de l’IRT Jules Verne. Elle marque la dernière phase du projet vers la réalisation du démonstrateur final, à savoir un prototype d’outillage qui sera testé en conditions d’utilisation.

De plus, dans le cadre du projet FARAMIR, il s’agit de supprimer les étapes consommatrices en termes de délai et de coût.

Enfin, le projet s’inscrit dans la démarche de responsabilité sociale des entreprises (RSE) en limitant l’impact environnemental du cycle de fabrication.

Que va apporter ce nouvel équipement au projet ?

Cet équipement de pointe va permettre de dérouler un plan d’essais afin de réaliser le démonstrateur attendu. L’objectif est d’abord de chercher à améliorer les propriétés mécaniques et géométriques des outillages, pour ensuite développer un procédé d’imprégnation des outillages imprimés pour atteindre des performances mécaniques similaires à celles des outillages actuels. Enfin, la capitalisation des résultats obtenus servira à produire un prototype d’outillage pour les tests fonctionnels, test qui seront menés par le troisième partenaire du projet, Axiome.

Qu’est-ce que ces travaux vont apporter à Loiretech ?

Du point de vue de la société Loiretech, il s’agit d’un équipement qui vient révolutionner la manière de penser et de produire. Les possibilités en termes de conception sont accrues, et il sera ainsi possible d’intégrer directement dans nos outillages des fonctionnalités jusqu’alors réalisées de manière plus traditionnelle.

Lire l'article ici

IRT Jules Verne, 14/04/20

 

Retourner aux articles